Trio Raulin Corneloup Lopez + Anne Alvaro

"Restez, je m'en vais"

Création 2015


On croyait la petite nation amérindienne des Yahis exterminée et disparue depuis 1872, lorsqu'en 1908, un groupe de géologues tomba par hasard sur leur campement. Les quinze indiens qui vivaient encore là s'enfuirent dans la forêt.
Trois ans plus tard, un seul de ces indiens était encore en vie. Il était le dernier membre de sa tribu, plus personne au monde ne parlait sa langue, c'était le dernier Yahi.
Seul et affamé, l'indien se résolut à marcher vers le monde des Blancs ... Alfred Louis Kroeber (anthopologue spécialiste des Amérindiens) décida de l'appeler Ishi, qui signifiait "homme" en Yahi.
Ishi fut logé au musée d'anthropologie près de Golden Gate Park.
En octobre, un mois après l'arrivé d'Ishi, le musée ouvrit ses portes au public, la foule y vint nombreuse et on décida d'y exposer Ishi.
Celui-ci fit plus de quatre cents enregistrements sur des cylindres de cire, racontant l'histoire des Yahis depuis la création du monde jusqu'au voyage des morts, mais personne ne comprit ce qu'il disait. Ishi fit également de nombreuses démonstrations (tir à l'arc, pointes de flèches, construction d'une maison Yahi).
A sa mort, le 25 mars 1916, il fut incinéré mais son cerveau fut conservé.
Il se mit en route vers le lointain Pays des Morts, pour aller retrouver les ombres des anciens Yana, en se retirant avec la discrétion que caractérisait son terme d’adieu préféré : " Restez, je m’en vais ".

François Raulin s’inspire de cette figure symbolique de tout le génocide amérindien pour composer une suite musicale pour trois musiciens où l'écriture est conçue comme proposition, impulsion, ouverture vers des modes de jeux improvisés très variés.
L'image projetée, qu’elle soit mentale ou réelle (sur écran) sera toujours présente comme fil d'Ariane pour cette présence/absence de Ishi dans sa lutte pour la vie, l'invisibilité à ce monde qui asservit son peuple devenant de plus en plus cruciale.
Les pièces s’inspirent de rituels quotidiens, et du combat pour rester caché : chasse, feu, veille, prières, et sont imaginées en forme d'hommage à la "vie sauvage" et à la pensée Amérindienne.
La projection comprend des photos d’Ishi, de ses outils, et plus largement de textes lus par Anne Alvaro (tirés en partie du livre de Theodora Kroeber, écrit à partir des recherches de son mari Alfred Louis Kroeber sur les Indiens californiens), d’images et de sons, en rapport avec l'histoire de Ishi et du peuple Yahi.

Anne ALVARO - Voix, lecture de textes
François RAULIN – Piano, mbira, composition
François CORNELOUP – Saxophones
Ramon LOPEZ – Batterie, percussions

Calendrier 2016
- Jazzdor Strasbourg (67) - 29/01/16
- Mens Alors - Mens (38) - 11/08/16 (en trio)
- Les Nuits d'été - Aiguebelette (73) - 12/08/16 (en trio)
- Djazz à Nevers (58) - 11/11/16
- Salle Nougaro - Montmorillon (86) - 18/11/16
(programmation en cours)

Concerts 2014 - 2015
- concert - Jazz campus en Clunisois, Cluny, 18/08/2015 (avec Ramon Lopez, batterie)
- création concert "Restez je m’en vais " - festival Les Détours de Babel, (avec François Merville, batterie) le 3/04/15
- concert - Voiron jazz festival - le 31/03/2015 (avec François Merville, batterie)
- temps de travail au Conservatoire de Grenoble dans le cadre de la Semaine de l’Impro du 2 au 6/02/15 puis
concert (avec Ramon Lopez, batterie) - Conservatoire de Grenoble - le 6/02/15
- concert - Jazzdor, festival de jazz de Strasbourg - le 15/11/14 (avec Ramon Lopez, batterie)
- concert sur France Musique, émission de Anne Montaron
"A l‘improviste " enregistré le 9/09/2013 au studio 106 de Radio France et diffusé le 21/10/2013 (avec Ramon Lopez, batterie)

Télécharger le dossier de présentation

Co-production : CIMN-Détours de Babel, en partenariat avec Jazzdor / le Conservatoire de Grenoble / La Forge- CIR / Festival de jazz de Voiron